MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #68

#42 envoie son rapport sur les Grammy

Je ne suis pas un grand fan des remises de prix. Pour un roadie, c'est essentiellement une douleur monumentale dans le cul. Si vous êtes un gars qui gagne sa vie en branchant du matériel et en disant au groupe que ça va marcher, alors c'est de loin la chose la plus stressante à laquelle vous pouvez participer. Le matériel passe du quai de chargement à la scène à une vitesse effrayante et vous avez la durée d'une pause publicitaire pour tout brancher et tester. Si ça ne marche pas quand le régisseur vous écarte du champ de la caméra, vous envoyez votre groupe se ridiculiser devant des millions de téléspectateurs en direct.

Si vous vous asseyiez avec un crayon et du papier pour dessiner le cauchemar ultime du roadie, je peux presque garantir que vous arriveriez ici.

Pourtant, nous y sommes et, pour une raison étrange, j'adore ça. Ne vous méprenez pas, le niveau de stress crève le plafond. Si ça foire, je ne pourrai plus jamais regarder les gars droit dans les yeux, jamais. Mais il y a autre chose qui se passe ici. Nous sommes entrés dans le bâtiment pour les répétitions hier et j'ai traversé la scène derrière Stevie Wonder qui jouait Superstition. Radiohead est là et, honnêtement, c'est le seul groupe au monde qui me permet de continuer à aimer profondément écouter de la musique. Sans eux, j'aurais perdu la foi depuis longtemps et je serais devenu l'un de ces horribles vieux routiers cyniques et blasés qui "ne supportent plus la musique pop".

Et ça, c'est quoi ? C'est seulement Paul McCartney.Et pas question ! Dave Grohl joue de la batterie avec lui ! Au début, je me demande si Dave ne sera pas trop fort pour un vieux routard comme lui. Mais quand arrive le moment de la répétition de Macca, je suis complètement époustouflé. C'est un souffle d'une heure de pur Rock and Roll qui me cloue au mur dans l'arène.

Dans le monde des tournées, le soundcheck peut être l'une des choses les plus ennuyeuses que l'on puisse imaginer. Toute la passion, la magie et la puissance d'un spectacle complet sont absentes alors que les chansons commencent et s'arrêtent, que les artistes jouent à moitié et s'inquiètent des détails de ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas entendre, ou de la nécessité d'ajouter quatre mesures au pont.

Ici, par contre, on a l'impression d'avoir une bande de gars sur scène qui rayonnent comme des enfants qui viennent d'avoir leur premier amplificateur bien puissant : ils se déchaînent et s'éclatent. Je n'ai jamais, jamais vu autant de gens s'entasser pour assister à un soundcheck. Il y a des gens tout autour des bords de la scène et qui remplissent les sièges sur le plancher de l'arène. La petite fille de quelqu'un saute et danse avec excitation tout au long du concert - une merveilleuse expression visuelle de ce que tout le monde ressent.

Cela ne s'arrête jamais. Mon univers technique se trouve sous la scène, dans le bunker souterrain qui fait office de Green Room, d'où les personnes qui remettent les prix montent les marches et montent sur la scène.Et pas question ! Dave Grohl joue de la batterie avec lui ! Au début, je me demande si Dave ne sera pas trop fort pour un vieux routard comme lui. Mais quand arrive le moment de la répétition de Macca, je suis complètement époustouflé. C'est un souffle d'une heure de pur Rock and Roll qui me cloue au mur dans l'arène.

Dans le monde des tournées, le soundcheck peut être l'une des choses les plus ennuyeuses que l'on puisse imaginer. Toute la passion, la magie et la puissance d'un spectacle complet sont absentes alors que les chansons commencent et s'arrêtent, que les artistes jouent à moitié et s'inquiètent des détails de ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas entendre, ou de la nécessité d'ajouter quatre mesures au pont.

Ici, par contre, on a l'impression d'avoir une bande de gars sur scène qui rayonnent comme des enfants qui viennent d'avoir leur premier amplificateur bien puissant : ils se déchaînent et s'éclatent. Je n'ai jamais, jamais vu autant de gens s'entasser pour assister à un soundcheck. Il y a des gens tout autour des bords de la scène et qui remplissent les sièges sur le plancher de l'arène. La petite fille de quelqu'un saute et danse avec excitation tout au long du concert - une merveilleuse expression visuelle de ce que tout le monde ressent.

Cela ne s'arrête jamais. Mon univers technique se trouve sous la scène, dans le bunker souterrain qui fait office de Green Room, díoù les personnes qui remettent les prix montent les marches et montent sur la scène. Al Green et Duffy descendent et se placent à un mètre à ma gauche, pour déterminer qui prendra quelle harmonie lorsqu'ils chanteront Bridge Over Troubled Water. À ma droite, à travers le rideau, je peux entendre la basse d'Adam Clayton gronder le riff du nouveau morceau de U2. On ne peut pas déplacer le don musical.

Maintenant, je garde assez de cynisme pour savoir que la diffusion des Grammys est un énorme exercice de marketing pour les artistes impliqués. Je m'attends à ce que les accusations selon lesquelles le vote des prix peut être une chose très politique ne soient pas sans fondement. Pour la première fois, cependant, je vois ce qui est formidable dans tout cela. Il s'agit d'une énorme célébration d'une musique extraordinaire et d'interprètes exceptionnels. Peut-être que c'est la première fois que le programme est aussi compatible avec mes propres goûts, ou peut-être que je suis juste dans une accalmie temporaire. (Si c'est effectivement le cas, soyez assuré que le service normal reprendra sous peu).

Voilà, on a beaucoup parlé de l'événement et des autres artistes. Qu'en est-il de nos amis ? Eh bien, si c'est stressant pour les roadies, je ne peux qu'imaginer ce que c'est pour eux. À chaque fois, ils ont été très mécontents de leurs performances télévisées. La pression pour exceller aujourd'hui, alors qu'ils sont entourés de tant de talents, est absolument énorme. Comme on pouvait s'y attendre (et c'est tout à fait compréhensible), malgré une bonne répétition, le groupe est très nerveux. Ils travaillent sur les moindres détails de la performance afin de s'assurer qu'ils ne seront pas déçus d'eux-mêmes.

La tension monte d'un cran à chaque fois que l'heure du spectacle approche. Par un merveilleux coup de chance, notre petite loge se trouve juste en face de celle de Dave Grohl. C'est un bon ami du groupe depuis presque le tout début. Je dois aussi dire que je n'ai jamais rencontré quelqu'un dans le métier qui soit proche de son égal en matière de beauté. Il est pratiquement impossible de se trouver dans la même pièce que lui pendant trente secondes sans éclater en un large sourire et se rappeler que prendre les choses trop au sérieux n'est pas vraiment la meilleure idée. Il passe sa tête à travers la porte de drap noir à intervalles réguliers et fournit probablement le meilleur système de soutien vibratoire qu'un groupe puisse espérer.

Maintenant, vous avez sans doute tous vu le spectacle, donc je n'ai pas besoin de vous dire que les gars ont tout déchiré. De là où j'étais assis sous la scène, ça avait l'air complètement majestueux sur les écrans de télévision. Chris seul sous les projecteurs pour Lost+ était parfaitement puissant dans sa simplicité. L'apparition de Jay-Z aurait pu facilement n'être qu'un artifice de showbiz, mais son entrée nonchalante et discrète a merveilleusement fonctionné pour lui donner l'impact d'un boulet de canon.

Je dois dire aussi que, compte tenu de l'absurdité totale que les gars ont dû supporter récemment (y compris les cascades publicitaires dégoûtantes et franchement méprisables qui avaient été annoncées pour aujourd'hui), les paroles de Jay sur les expériences plus laides que le succès à grande échelle peut apporter, n'auraient pas pu être plus pertinentes pour la journée.

Dès ce début quelque peu mélancolique, le riff de cordes caractéristique de Viva est apparu pour annoncer que la journée allait devenir une célébration joyeuse - et c'est exactement ce qu'elle a été. Il est clair immédiatement que tout le stress, tous les soucis et les tracas se sont transformés en une fusée bien tassée qui va exploser magnifiquement pendant les trois minutes de la représentation. L'exaltation totale lorsqu'ils descendent les marches de la green room est probablement la plus heureuse que j'aie jamais vue pour ces quatre-là. Phil Harvey les rejoint, rayonnant et sans voix. Tout ce qu'il y a à faire, c'est une accolade. Les garçons ont bien travaillé. Je crois qu'ils en ont même gagné quelques-uns.

R#42

Plus dans cette catégorie : « Roadie #42 - Blog #67 Roadie #42 - Blog #71 »