MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #108

Fascination pour #42

Cela fait 159 concerts, 17 mois et je n’ose imaginer combien de kilomètres. Je crois que les premières lignes de blog avaient été écrites sur une flightcase dans un couloir de la Brixton Academy et disaient: "La foule est rentrée, le sol est en dégueulasse et le camion est presque plein."

Et bien je crois qu’on en est revenu au même point…

blog10801

Wembley, bien sûr, est poétiquement l'endroit le plus parfait où la tournée Viva puisse se terminer. Les répétitions de production pour la tournée ont eu lieu à la Wembley Arena, qui se trouve à côté du stade. La soirée de fin de tournée aura lieu dans le hall d'entrée de l'arène - où les premiers membres du public sont entrés pour regarder le mini-concert "amis et famille" à l’époque.

Wembley pour moi, cependant, a une histoire beaucoup plus longue.

J'ai mis les pieds pour la première fois au stade de Wembley à l'âge de 15 ans, quand je suis allé voir Pink Floyd. En tant que garçon de l'ouest du pays, même être à Londres semblait être une aventure. Le concert, cependant, est devenu un repère de ma vie. Vivre un spectacle de cette envergure revenait à visiter une autre planète pour jeune garçon comme moi venant d'une petite ville sur la côte.

Avance rapide de quelques années jusqu’à mes 23 ans, je venais juste de déménager à Londres et de commencer ma carrière de roadie. Entre deux tournées de groupes débutants, j’étais intermittent pour une compagnie appelée Stage Miracles. U2 était en ville avec la tournée Popmart et j'ai été appelé pour faire partie de la centaine de «locaux» amenés pour les aider à décharger.

Je me souviens avoir poussé l’un des ampli AC30 de The Edge sur la rampe de la scène et avoir pensé "ça y est, j’y suis!". Maintenant, il est universellement admis que la tournée Popmart était très loin des récentes. Mais j'étais quand même impressionné par la taille et l'échelle de la machinerie. Voir comment un spectacle de stade fonctionnait de l'intérieur était incroyable pour moi. D'immenses quantités de matériel, des quantités infinies de camions. Tout est énorme.

Avance rapide encore, à cette semaine. J'ai 37 ans et je me tiens au milieu de notre scène au nouveau stade de Wembley. Compte tenu de mon histoire, j'aurais été à peu près sûr que mes premières pensées auraient été différentes de ce qui m'est venu à l'esprit ce jour-là:

"En fait, cela ne semble pas si grand!".

C'est, bien sûr, énorme. C’est le plus grand public devant lequel le groupe a joué lors de cette tournée, je crois, en dehors des festivals. Une partie de la raison, c'est le fait qu'il y a un toit. Le milieu du toit est ouvert, mais les terrasses sont toujours couvertes. Le fait que tout soit contenu en fait un lieu "normal". Depuis le milieu de la scène, on dirait presque juste “une grande arena". C'est aussi en partie dû au fait que la production a grandi pour s'adapter et remplir l'espace. Certes, lorsque nous avons joué le spectacle d'arène dans le Skydome au Canada il y a quelque temps, l'échelle était beaucoup plus frappante.

Il y a aussi le fait que cette tournée en elle-même compte 159 spectacles. Depuis mes débuts, j’ai fait quatre ou cinq cents spectacles avec Coldplay. Je me souviens de la tournée Rush Of Blood qui ressemblait à une longue et immense poussée de croissance. Toutes les quelques semaines, nous faisions le plus gros concert auquel aucun d'entre nous n'ait jamais participé. Je me souviens que certains des hangars et arénas extérieurs américains semblaient tout simplement énormes.

Maintenant, nous revisitons ces endroits et ils se sentent très à l'aise. Les tournées deviennent plus grandes que cela, bien sûr qu'elles le sont. J'ai l'impression, cependant, que nous avons dépassé une sorte de jalon et que nous avons réussi une sorte de test. Les shows peuvent devenir meilleurs et plus ambitieux, mais les salles et la taille du public ne sont pas vraiment beaucoup plus grandes que cela. Ils ont comme planté un drapeau. Ils sont venus ici et ils l’ont fait - et ils ont réussi.

Je me souviens d'une citation de Phil Harvey alors que nous quittions les répétitions de production il y a quelques semaines sur le site du premier de ces grands spectacles en plein air. «Je suis totalement heureux que nous ayons tous les outils en place maintenant pour faire quelque chose d'extraordinaire». Je vais combiner cela avec un commentaire de Chris à la fin de la tournée X&Y. "Il ne s’agit pas de faire plus gros maintenant, il s’agit de faire mieux". Regardez cet espace…

Je n’écrirai pas beaucoup sur les concerts de Wembley, car ils ont été si bien couverts par M. Anchorman dans le liveblog. Si je devais simplement raconter mes souvenirs personnels, ils incluraient nos retournements durant les rappels pour voir une foule rassemblée derrière le département vidéo, dansant sur la musique sortant des moniteurs. C’est Jay-Z? C’est sûrement le cas! Et qui est avec lui? La représentante de Clear Channel, Julie Metway - et, oh mon Dieu, Phil Harvey échange un pas de danse avec Mr Z!

The Scientist est l'avant-dernière chanson de la setlist. Normalement, cela signifie que les gars commencent à se préparer pour le chargement. Ce soir, cependant, les roadies tout autour se prennent dans les bras et se disent que ce fut un plaisir - et c’est le cas. Ce fut une très longue tournée et sans l'ombre d'un doute, je n'ai jamais rien vu rien d'aussi exigeant pour l'esprit - ni un groupe de personnes se montrer à la hauteur de l'occasion avec autant de grâce et de style. Joignons nous alors, dans un câlin de groupe commun, pour tous ceux qui sont ici sur la "photo d'équipe" et à tous ceux (encore au moins cinquante pour cent) qui ont dormi ou n'ont pas pu arrêter de travailler …

blog10802

L’after, comme je l’ai mentionné, a eu lieu dans le hall de la Wembley Arena. Dans le hall, il y a une camionnette de restauration chic qui sert des sandwichs au bacon, où se termine inévitablement le contingent de roadies, arrivant par vagues lorsque les camions sont terminés. Il est trop tôt pour que l’on ait réellement l’impression que c’est fini. Je passe la majeure partie de la nuit à dire à tout le monde "oui, mais j'ai l'impression que dans dix jours, nous serons tous de retour à l'aéroport". Je me promène et constate que je n'ai pas le bracelet nécessaire pour entrer dans la section "VIP". En toute honnêteté, je suis trop fatigué pour être très dérangé. Je retourne au quai de chargement à la recherche d'un véhicule pour retourner à l'hôtel et je m'arrête seulement pour attraper une pancarte «Coldplay: Everything This Way» sur le mur de la porte de mon bureau au nouveau studio. (Désolé Marguerite, je vais l'apporter en Argentine…)

L'épuisement continue le lendemain, quand moi et Mme 42 échouons lamentablement à prendre le dernier train du dimanche à Londres. Nous décidons d'admettre notre défaite et de réserver une autre nuit à l'hôtel pour avoir la chance de nous effondrer correctement. Nous nous promenons dans la jolie réception et je me dis que vraiment, cela pourrait être une tentative un peu triste de s'accrocher à l'expérience de tournée. Au-dessus de moi, il y a un pianiste qui joue des morceaux classiques pour les convives ci-dessous. Je grimace en reconnaissant ce qu’il joue.

C’est le morceau d’Eric Satie que Chris joue à la fin de Politik.

Je ne pourrais pas y échapper même si je le voulais…

#R42