A+ A A-

Roadie #42 - Blog #8

Roadie#42 blogge au milieu de scènes de liesse à New York.

J’avais estimé la journée d’hier comme étant juste une émission TV de plus jusqu’aux environs de 6 heures du matin. Alors que le soleil se levait, j’ai réalisé à quel point tout cela allait être incroyable. Il n’y a rien dont je puisse me rappeler qui s’en rapproche parmi toutes mes années de travail avec le groupe. La première apparition dans le « Jimmy Kimmel show » était plutôt géniale, mais même pour un tel évènement, il avait juste fallu fermer Hollywood Boulevard. Cette fois, nous avons dû dévier la circulation sur deux rues de New York, devant et derrière la scène. Il y avait aussi des gens qui essayaient d’entre-apercevoir la scène penchés depuis les gratte-ciels au-dessus de nous.

Le fait que nous étions à une heure indécente du petit matin a fait que j’ai mis du temps à réaliser à quel point tout cela était merveilleusement étrange. Ce n’est que quand Chris transformé les paroles de Clocks lors des répétitions (changeant la phrase ‘shoot an apple...’ en ‘Too early to be out of bed’ (trop tôt pour être sorti du lit), que je me suis souvenu qu’il était encore une heure impossible du matin.
Cette vision déformée des choses liée au manque de sommeil ne m’était évidemment pas réservée, alors que se finissait ‘Violet Hill’, Chris s’est arrêté de chanter en apercevant un jeune homme avec un plâtre plutôt costaud et une écharpe. "Wow, qu’est ce qui est arrivé à ton bras mec ?" lui demanda-t-il alors que le morceau continuait à jouer derrière lui."Ton frère t’a frappé avec un bâton ?".

La balance s’arrêtait et reprenait en fonction des coupures publicitaires. La setlist avait subi tellement de modifications que la version finale a été apportée par le manager de la tournée Andy Franks (après au moins une demi-douzaine de révisions), gribouillée littéralement sur une serviette en papier. Plus de morceaux furent intégrés et plus personne ne semblait savoir s’il s’agissait encore de répétitions ou si nous étions à l’antenne.
Ce fut un magnifique chaos, un merveilleux non-sens, puis ce fut terminé. Le groupe dit aurevoir, remercia tout le monde et esquiva par derrière. Quant à moi ? Je suis parti chercher à manger…

R#42

Plus dans cette catégorie : « Roadie #42 - Blog #34 Roadie #42 - Blog #14 »