MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #45

#42 et les merveilles de la technologie

 

1
Que pouvaient bien faire les roadies avant l'ordinateur portable ? Les roadies et les ordinateurs portables sont comme des enfants avec des livres de coloriage : donnez-leur un ordinateur portable et une connexion wi-fi et ils sont tranquilles pendant des heures. Plus sérieusement, la technologie a véritablement changé l'expérience humaine des tournées. Il est indéniable qu'une grande tournée signifie des semaines entières loin de ceux que vous aimez, ce qui est tellement difficile.

Mais je suis assez vieux pour me souvenir de l'époque où partir en tournée à l'étranger était comme être envoyé sur la lune. Pas de téléphones portables, pas de textos, encore moins d'e-mails, rien de tout cela. Si vous étiez organisé, vous obteniez une carte d'appel dans une gare qui vous permettait de bénéficier d'environ une heure d'appel. Vous pouviez l'utiliser un jour de pause à partir d'une cabine téléphonique et espérer jongler suffisamment avec le décalage horaire pour trouver quelqu'un de réveillé au moment de votre appel.

Pour obtenir des nouvelles de chez soi, il fallait essayer de trouver un journal britannique, qui coûtait généralement très cher et avait quelques jours de retard. Essayer de regarder la télévision étrangère était drôle pour toutes les mauvaises raisons et, si la barrière de la langue était trop élevée, inutile de la regarder pour savoir ce qui se passait dans le monde.

De nos jours, la technologie a réduit le monde à un point tel que, même si nous sommes toujours physiquement absents, nous ne devons pas nous sentir si éloignés. J'ai tendance à communiquer souvent avec la maison par SMS. C'est instantané, ce qui permet d'avoir une sorte de conversation où que l'on soit. Le site Web de la BBC est vraiment une merveille de l'ère moderne et je peux voir exactement ce qui se passe à la maison, je peux écouter Radio 4 quand je veux et, en théorie, je peux même regarder les mêmes émissions de télévision que ma moitié regarde à la maison.

Une brève promenade dans la pièce après le soundcheck permet de voir un exemple différent de tout cela à chaque tournant. Certains roadies sont assis sur des valises en train d'envoyer des e-mails ou de se connecter à Facebook. D'autres sont sur Skype et appellent chez eux pour prendre des nouvelles. Les bons jours, lorsque le vent est dans la bonne direction et que les dieux de l'Internet sont souriants, certains peuvent même participer à une conversation vidéo. Je me souviens d'un de mes amis qui, il y a quelque temps, est entré dans la cantine rayonnant de joie car il venait de lire une histoire à ses enfants par webcam.

Aujourd'hui, il y a un match de football en Angleterre et Dan P (l'entraîneur personnel du groupe) a diffusé le match sur son ordinateur portable dans la cantine, ce qui a attiré une foule considérable. Bien sûr, certains diront qu'une équipe remplie de personnes assises derrière des écrans d'ordinateurs portables est un cauchemar social, que les gens consacrent moins de temps à une véritable interaction en disparaissant dans leur propre petit monde. Tout cela est bien sûr absurde.

Tout d'abord, en plus de la multiplication des dernières technologies de communication sur les tournées, il y a également une réserve de ce qui est probablement le plus ancien lubrifiant social connu de l'homme. Je parle, bien sûr, de l'alcool. L'époque des roadies ivres en permanence est révolue depuis longtemps. Le travail est devenu beaucoup plus exigeant car les spectacles sont devenus infiniment plus complexes. Cependant, on peut dire que tout le monde apprécie de boire un verre une fois les camions remplis, ce qui permet de garder les sourires et les rires au premier plan.

Deuxièmement, il est difficile de trouver un emploi (en dehors des forces armées) qui implique une proximité constante avec ses collègues de travail. Il n'y a rien de tel que de vivre ensemble dans un bus et de travailler sous une pression assez forte pour apprendre tout ce qu'il y a à savoir sur quelqu'un. Cette vie très intense est une sorte de soudure sociale à bien des égards. Les relations se forment très, très rapidement, mais ont tendance à être solides et durables. C'est l'un des avantages de ce travail, pour être honnête.

En parlant de roadies, je dois mentionner une très belle bannière "Les roadies gèrent" sur laquelle figurent les noms de plusieurs des membres de l'équipe les plus anciens. Comment diable ces gens peuvent-ils savoir ? Les créateurs de la bannière m'ont interpellé par mon vrai nom alors que je me dirigeais sous la scène pour les vérifications d'avant-spectacle. Je dois admettre que je suis bien trop timide pour savoir quoi faire à part sourire - mais merci !

C'est à peu près tout. Je suppose que je devrais vous montrer une photo. En voici une autre de M. Champion (je sais, je sais, la dernière était aussi de lui). Cette fois, pendant ''Strawberry Swing''. Gardez vos blagues sur les "grosses boules" pour vous, s'il vous plaît...

2
Roadie #42

Plus dans cette catégorie : « Roadie #42 - Blog #39 Roadie #42 - Blog #51 »