A+ A A-

Roadie #42 - Blog #171

#42 raconte le début de la tournée européenne des stades.

Cela a été quelques jours plutôt chargés pour en arriver là, mais les concerts dans les stades ont enfin commencé !

Les Britanniques ont une réputation un peu justifiée d'être obsédés par la météo. Dans notre cas, cependant, j’imagine qu’il y a une excuse.

Nous faisons des concerts en plein air. Sans toit.

Les préparatifs à Porto pour le premier concert commencent quelques jours avant mon arrivée. J'envoie un e-mail aux ingénieurs des lumières pour leur demander des conseils sur ce qu'il faut emporter. Ils m’assurent que la météo est au rendez-vous dans la soirée. En effet, les journées de chargement et de répétition au Portugal sont caniculaires - un temps tout à fait glorieux.

Le jour même du concert, c’est une toute autre histoire. C’est assez torrentiel au milieu de l’après-midi et cela ne s’arrange pas. Il faut totalement rendre justice aux gars, à part le flot constant d’eau qui les rebondit sur eux, vous ne le sauriez vraiment pas. Ils se donnent à fond. Ils sont complètement à découvert dans le déluge, donnant tout ce qu’ils ont.

J'ai déjà parlé du niveau d'énergie sortant de la scène lors de cette tournée. Les nouvelles chansons confèrent à cette tournée une exubérance de célébration incroyable, impossible à ignorer. L'image de Coldplay comme étant des personnes d’âge mûr tristes, me semble maintenant étrange. Sans doute cependant, cela restera le point de départ de nombreux autres articles de supposés journalistes avant que le groupe n’ait fini. Tout comme chaque article sur Ozzie Osbourne fera référence à la mastication de chauve-souris et Oasis seront toujours les Beatles de Burnage (longtemps après qu'ils aient créé leur propre légende dans la culture britannique). Alors ça va, je suppose…

En parlant des nouvelles chansons, Paradise devient un moment dans la série pour rivaliser avec le chant Viva. Quelque chose que je n’étais pas sûr de voir (ou d’entendre…).

Il y a quelque chose dans le fait que beaucoup de personnes se sont rassemblées pour faire ce genre de bruit qui ne peut que vous toucher. Comme les panoramas vous l'auront montré, nous sommes dans des endroits assez grands pour ces concerts. Il est facile de faire en sorte que tout tourne autour de la production de luxe, mais à la fin de la journée, les moments les plus forts sont ceux où vous pouvez éteindre chacun des gadgets et laisser le public agir de façon naturelle…

J’adore.

R42.

Plus dans cette catégorie : « Roadie #42 - Blog #187 Roadie #42 - Blog #4 »