MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #154

Dans lequel Coldplay se produit sur un plateau de tournage italien et leur avion de retour est détourné.

Il n'est pas rare que je n'aie aucune idée de l'endroit où nous allons ou de ce que nous faisons. C'est en fait assez facile de tomber dans cet état et une fois que vous l'avez remarqué, il peut être amusant de l'entretenir pour que les choses restent intéressantes. Les conversations dans la salle d'embarquement de l'aéroport ce matin m'indiquent que nous nous dirigeons vers l'Italie. Ce sera bien.

A l'atterrissage, le preneur de son Dan Green me demande si je sais quelles chansons nous allons jouer.

"Um, juste le set habituel, je pense ou quelque chose comme ça ?"

Dans mon esprit, c'est un autre spectacle de lancement d'album, donc je m'attends à une petite salle, peut-être quelque chose comme la salle que nous avons fait à Cologne il y a quelque temps.

"C'est une émission de télé, n'est-ce pas ?" Dan répond, confirmant que je n'ai effectivement aucune idée de ce qui se passe.

Nous partons dans le van vers le concert et je pense maintenant à un studio de télévision, un entrepôt noirci, beaucoup de lumières suspendues au toit, heureux d'être sur la bonne voie.

Ou, comme il s'avère quand nous arrivons - pas.

20111121A

Nous sommes dans le studio de télévision le plus étrange que j'ai jamais vu.

20111121B

Il ressemble à Live At Pompeii - et en effet le chauffeur nous dit que Pink Floyd a joué ici une fois. C'est un immense terrain de tournage - le Hollywood de l'Italie, nous dit-on. Apparemment, de nombreux films de Fellini ont été tournés ici. Les environs sont absolument magnifiques, mais se révèlent être complètement en plastique et soutenus par des échafaudages rouillés. Il y a une blague quelque part sur le fait de travailler dans l'industrie de la musique, mais je laisserai cet exercice au lecteur...

20111121C

Après le soundcheck, Hoppy (qui porte toujours bien son nom grâce à un plâtre et des béquilles) fait remarquer, à juste titre, que l'environnement est plus adapté à Viva qu'au nouvel album. Il suggère d'appeler Paris, le graffeur en résidence du groupe, pour qu'il remette un peu d'ordre dans l'endroit.

Je prends une photo de la scène sur mon iPhone pour pouvoir l'envoyer par e-mail à Paris avec un message de rappel du type "Tout cela doit être fait avant l'heure de la scène, qui est à 9h30 - peux-tu prendre l'avion dès que possible?".

20111121D

Je me souviens cependant qu'il a reçu un appel avec un véritable briefing pas très différent de celui-ci juste avant le Saturday Night Live il y a une semaine environ (et qu'il s'en est sorti en grand style !) - alors j'ai préféré y penser.

Il y a une certaine agitation avant le début du spectacle, car les gars ont décidé de faire quelques chansons hors antenne pour se chauffer et chauffer le public. Yellow se fait entendre, tout comme Clocks et Every Teardop. Il y a une certaine confusion sur les limites de temps et ils se glissent sur Fix You avant que les choses ne s'arrêtent pour s'assurer que le timing de diffusion fonctionne.

 20111121E

20111121F

C'est l'heure de la partie live de l'émission et personne ne sait vraiment ce qui se passe. L'animateur de l'émission va "lancer" le groupe depuis le studio et ils vont commencer à jouer. Je ne sais pas s'il est derrière les ruines quelque part, ou s'il est même dans la même ville que nous - c'est juste une voix désincarnée qui jacasse en italien&f é dans nos oreillettes.

Le temps imparti est écoulé et il ne montre aucun signe de présentation du groupe. La foule a commencé à chanter Viva et le groupe joue distraitement avec elle, tandis que le régisseur court frénétiquement dans tous les sens pour essayer d'empêcher le chaos de s'installer.

Soudain, le bavardage dans mon oreille commence à contenir des mots que je reconnais. L'un de ces mots est "Coldplay". La foule se déchaîne, le régisseur agite les bras comme s'il venait de se cogner l'orteil dans la nuit et Paradise prend vie sur la scène.

A la fin de la chanson, il s'avère que le présentateur fou est dans un bâtiment à cent mètres de la scène et qu'ils vont être interviewés là-bas.

20111121G

Je les suis par la porte arrière pour jeter un coup d'œil. Tout ce que je peux voir sur l'écran de télévision, c'est que Chris porte une veste un peu folle, qui semble avoir été portée par le présentateur fou.

20111121H

Enfin, il y a les vans et l'aéroport. Nous sommes assis dans une petite salle pendant que les passeports sont traités. Il semble que la maquilleuse était un peu pressée, préparant le groupe entre la scène et le studio de télévision. Will arbore un visage bicolore assez hilarant où elle a terminé à mi-chemin de son cou.

"Est-ce que quelqu'un a du démaquillant ou peut-être un outil de jardinage ?" demande-t-il en faisant un geste vers l'épaisse couche de fond de teint.

En plus du démaquillage, il y a un problème plus sérieux qui se prépare. Je me suis retrouvé, d'une manière ou d'une autre, sur une liste de diffusion d'informations sur les vols entre les agences de voyage et Franksy. Il n'y a pas vraiment de raison pour que je sois sur cette liste et j'ai l'impression d'écouter aux portes pendant une bonne partie de la journée.

Ce que j'ai retenu en revanche, c'est que le brouillard est un énorme problème en Angleterre. L'aéroport de Londres d'où nous avons décollé est complètement embrumé et nous n'y atterrirons certainement pas. C'est dommage, car c'est là que se trouve ma voiture. Il semble que nous nous dirigions vers Gatwick à la place, ce qui pourrait nous faire passer une nuit tardive.

20111121I

Alors que nous nous apprêtons à décoller, de nouveaux e-mails nous parviennent et il semblerait que Gatwick soit également hors de question. Le plan C est en cours d'élaboration. Nous sommes déjà bien avancés dans le vol quand Franksy est convoqué par le capitaine pour une discussion à l'avant. Cela ne peut pas être une bonne nouvelle.

Je lève un sourcil alors que Franksy retourne dans l'avion. "Manchester" dit-il en roulant les yeux. A ce rythme, on sera en Ecosse quand on aura posé les roues.

Nous finissons par descendre et pendant que nous roulons sur le tarmac, j'essaie de comprendre comment nous allons rentrer de Manchester à Londres. Il y a quatre heures de route et il est déjà près d'une heure du matin. Alors que nous traversons le tarmac, je lève les yeux pour lire le panneau sur la tour qui indique "Bienvenue à Birmingham". Là, je suis vraiment confus.

Mais Birmingham est quand même un peu plus proche de chez moi que Manchester, c'est une bonne nouvelle. Nous montons dans des voitures assemblées à la hâte qui nous attendent pour nous ramener à la maison via une autoroute très brumeuse.

Jamais un moment de répit...

R42