MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #117

Ils croient que c'est fini...

Donc nous y voilà, les amis. C'est le coup de sifflet final. La grosse dame a chanté et la Vida du monde a été bel et bien Viva-ed.

Résumer deux ans de votre vie en quelques mots, c'est un peu comme essayer de tondre une pelouse avec des ciseaux. Je pourrais essayer, mais j'aurais vite mal aux doigts et j'abandonnerais. Tout ce que je sais, c'est que je suis prêt pour un jour ou deux de sommeil...

De mémoire, je dirais que je me souviendrai de cette tournée comme de celle où Coldplay a enfin trouvé un terrain d'entente avec les concerts dans les stades. Ils n'ont pas encore rejoint la vieille garde des grands concerts. Ils n'ont pas non plus rejoint la course à l'armement du rock dans les stades, qui consiste à vendre des billets sur la base du fait qu'ils "disposent d'un câble d'alimentation plus long que celui utilisé par les Stones lors de leur tournée de 1998, ce qui constituait auparavant la plus grande longueur de cuivre utilisée pour un spectacle de rock...".

Tout cela, bien sûr, est peut-être encore à venir - et pourquoi pas ? Ce genre de choses est amusant. Mais cette fois-ci, ce sont les chansons qui comptent. Cet album le plus récent contient certaines de leurs meilleures compositions. Chaque nuit a été une célébration des chansons - et quelle fête nous avons eue...

En faisant un zoom avant sur la dernière étape, je peux honnêtement dire que chaque public était superbe. Les spectacles en plein air ont également beaucoup de sens sous des cieux chauds et cléments - en particulier avec un groupe merveilleusement fou des gens les plus passionnés de la planète qui se déchaînent chaque soir.

Je dirais que c'était l'un des programmes les plus éprouvants de cette tournée - pas un seul jour de repos entre le premier spectacle et le vol de retour. Mais j'ai le sentiment que la version de moi-même qui a fait la mission flipper de dix jours "Londres->LA Grammys->Tournée japonaise->Londres Brits->Australie" aurait quelque chose à dire à ce sujet.

Si l'on se concentre davantage, le dernier concert a donné lieu à une superbe garde-robe - non pas de la part du groupe, mais de l'équipe. Les personnes qui doivent régulièrement plonger sur scène pour faire leur travail doivent généralement s'habiller tout en noir et porter des casquettes de baseball ou d'autres couvre-chefs. Ce soir, pour célébrer nos hôtes mexicains, les sept membres de l'équipe qui sont le plus souvent sur scène pendant le concert ont adopté le look Mariachi.

ttiaopic1

De gauche à droite : Paul Newman (technicien de la basse de Guy), Bash (technicien de la batterie de Will), Hoppy (guitares de Chris), Steph Thompson (tout ce qui concerne la radio), Matt McGinn (majordome de la guitare de Jonny), "Mystic" Nick (audio sur scène), Neill Lambert (claviers et trucs techniques).

Des paris ont été lancés pour savoir si les tenues resteraient en place pendant toute la durée du concert, ce qui a bien sûr été le cas. Neill, en particulier, était splendide sur la scène C, encourageant la foule à se donner à fond sur le morceau "Olé, Olé, Olé, Olé".

Nous étions assis à l'aéroport en attendant d'embarquer et Chris a raconté comment il avait vu le sombrero de Neill surgir de l'obscurité de temps en temps pendant le concert. Vicki, une des adorables assistantes du groupe, dit qu'elle est prête à parier une somme non négligeable, que Neill le portera pour le vol de retour. Nous nous dirigeons vers la porte d'embarquement et découvrons que Mme Taylor vient de gagner une belle prime de fin de tournée.

Je pense qu'une partie de la raison pour laquelle je ne suis pas aussi émotif et philosophe à propos de la fin de l'ère Viva (outre le fait que nous sommes en séparation d'essai depuis Wembley) est que tout le monde est tellement excité par ce qui va suivre. On pourrait pardonner aux gars de se disperser à la fin de la tournée et d'aller profiter du butin pendant un petit moment avant de se regrouper à nouveau et de mettre paresseusement au point quelque chose de nouveau. Mais comme il s'agit de Coldplay, nous arrivons à la maison samedi et je ne vois pas The Beehive se calmer à partir de lundi.

Nous parlons de gens qui n'ont vraiment pas besoin d'aller travailler, et encore moins de travailler aussi dur qu'ils le font. La seule chose que l'on puisse en conclure, c'est qu'entendre les nouveautés prendre forme est la chose la plus excitante qu'ils puissent imaginer. On peut aussi en conclure qu'ils sont un peu fous - et vous avez peut-être un peu raison - mais je suis moi aussi impatient, c'est donc une maladie très répandue.

Pour moi, ce n'est pas non plus la fin, car je serai là pour vous tenir au courant de ce qui se passe dans au studio. Ce n'est pas la fin, nous perdons juste le beau temps pour un moment.

On se voit au studio...

R#42