MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #116

#42, la chanson Parachutes et le dîner d'adieu

Au moment où j'écris ces lignes, nous ne sommes plus qu'à quelques heures du coup de sifflet final de la tournée Viva. La prise de conscience que nous arrivons à la fin semble avoir frappé tout le monde en même temps après le concert de Guadalajara. Le fait qu'il ne reste "plus qu'un seul concert", que le concert de Monterrey demain est "le dernier", a déclenché l'interrupteur et nous sommes tous confrontés au fait que c'est la fin de ce chapitre.

Nous avons déjà "fait" la fin de la tournée une fois, bien sûr. Les concerts au stade de Wembley étaient la fin d'une très longue série concentrée. Mais tout le monde avait à l'esprit le fait que nous avions encore ces concerts en Amérique latine à faire, donc ce n'était pas vraiment terminé. On s'arrêtait juste pour un moment. Nous avons réfléchi à cela au petit-déjeuner ce matin. Guy a fait remarquer que c'est comme si nous avions déjà eu la saison finale, mais que les acteurs avaient été convaincus de faire un spécial Noël.

Des soirées et des fêtes ont été organisées plusieurs fois au cours de cette tournée pour que le groupe et l'équipe se réunissent et cassent la croûte, mais les événements ont continué à s'y opposer. Franksy et Marguerite ont décidé que ça suffisait. Hier soir, nous nous sommes tous réunis dans un restaurant pour boire un verre et prendre un dernier repas.

La soirée commence inévitablement au bar. C'est un peu formel, car tout le monde se réunit. On parle de ce que les gens vont faire ensuite, on se dit que c'est fou que cela fasse presque deux ans. La réunion ressemble un peu à une réception de mariage ou à une fête de Noël. Il est rare que nous soyons tous au même endroit au même moment dans le seul but de nous amuser.

Au fil des verres, nous nous interrogeons les uns les autres sur nos proches ; beaucoup d'entre nous ont assisté à des mariages de nos compagnons d'équipage au fil des ans, ou ont dormi dans la chambre d'amis des autres au moins une fois. Nous avons rencontré les enfants des uns et des autres et pouvons même dire "comme ils ont grandi". Mais il est rare (et agréable) de discuter de la "vraie vie" avec l'autre. D'une manière ou d'une autre, les discussions de magasin ou les derniers drames du bureau ont tendance à prendre le dessus.

En plus de la famille à la maison, nous parlons aussi de la famille "ici". Nous demandons si nous avons eu des nouvelles des personnes avec lesquelles nous avons travaillé ensemble au fil des ans. Certains se portent bien, d'autres sont une source d'inquiétude. Comme toutes les familles, nous pouvons les déchirer en quelques mots, mais nous nous sentons suffisamment concernés pour aller nous battre pour n'importe lequel d'entre eux au pied levé.

Le repas se termine et M. Champion se lève pour mettre un point final. Il prononce un discours pour remercier toutes les personnes présentes pour tous leurs efforts, tant au cours des dernières semaines que des deux dernières années. Il est éloquent, très authentique et surtout très drôle. J'aurais bien pris des photos, mais il fait tellement sombre dans le restaurant que j'aurais affiché des silhouettes ou des photos de personnes se protégeant les yeux d'un homme ennuyeux avec un flashgun. De plus, c'était censé être une soirée de repos...

C'est une folie, bien sûr, de se comporter ainsi "finalement" avec un spectacle à faire. Selon la superstition des routiers, c'est tenter le destin de manière assez kamikaze. Demain, cependant, disparaîtra sans doute en un éclair. Nous passerons de l'exécution des tâches de la journée à des tirs à 1 000 km/h sur le mur de briques que nous appelons nos "vies normales". Célébrer ce que nous avons eu et ce que nous avons fait n'est que juste et approprié.

Alors que les assiettes sont débarrassées, on nous demande instamment de nous réunir dans le bar à l'étage. Dan Green et moi y allons pour un rapide coup d'oeil. Il fait sombre, c'est plein de gens péniblement habillés à la mode que nous n'avons jamais rencontrés auparavant. Pire encore, il y a un DJ qui joue un terrible jazz-funk à un niveau qui rend la conversation improbable. Nous redescendons, où tout le monde a très raisonnablement décidé de rester dans la salle à manger. Lentement, la foule s'amenuise à mesure que les gens partent braver le bruit - et sans doute redéfinir complètement le caractère du bar.

Je m'excuse et je m'en vais. J'ai Guadalajara à écrire, après tout...

C'est vrai, nous avons fait un spectacle depuis ma dernière lettre. Guadalajara était une autre nouvelle destination pour moi. Comme Mexico et Bogota, elle est située à une très bonne distance au-dessus du niveau de la mer. Cela a laissé les gens assez essoufflés la plupart du temps. En effet, il y avait des réservoirs d'oxygène sur le côté de la scène chaque soir, à utiliser lorsque le groupe en faisait un peu trop.

Voici Mr C dans l'obscurité totale derrière la batterie. Il prend une bouffée avant Viva, pendant que Chris chante seul sur la scène C. Et là, c'est moi en train de dire que je ne voulais pas poster de photos de silhouettes.....

WCguad01

La raréfaction de l'air aurait des effets néfastes sur le tennis de table en coulisses. Dan, l'entraîneur, prétend que cela explique pourquoi chaque coup où il applique un topspin est "très long". Il appelle cela "appliquer la science". D'autres diront qu'il ne supporte tout simplement pas de perdre... ?.

Le concert est un vrai succès. Le temps est vraiment magnifique et la foule est merveilleusement enthousiaste. C'est un stade plus petit que certains de ceux dans lesquels nous sommes allés récemment, mais ils font assez de bruit pour deux fois leur nombre. De nulle part, l'intro de Yellow devient une interprétation impromptue de Parachutes. Je ne sais pas combien de fois on a entendu ça en concert, mais je parie que c'est très, très peu !

Et cela nous amène à Monterrey. L'arrivée est assez spectaculaire car nous survolons les montagnes. Nous sommes retenus à l'aéroport en attendant que la femme du président libère le terrain. Nous sommes ensuite poursuivis par des paparazzis qui semblent ne connaître aucune peur. Nous - pas tant que ça. Nous avons une bonne compréhension du danger et ils se comportent clairement de manière très, très imprudente. Malgré un flanc de policiers à moto et des vitres complètement teintées dans nos véhicules, les paparazzis continuent de nous suivre comme des abeilles en colère. C'est stupide, c'est inutile et c'est carrément dangereux.

Et cela nous amène à l'heure du dîner, et c'est là que nous sommes arrivés. Je ferais mieux de poster ça et de faire mes bagages. Retour à la maison demain....

R#42