MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #98

#42 et la livraison maladroite


J'ai passé les jours de repos avant le concert de Stockholm à monter des vidéos des deux premiers grands concerts en plein air - les voici (n'oubliez pas le bouton plein écran en bas à droite) :

Pour la majorité des concerts dans les stades européens, le groupe passe ses jours de repos à la maison avec sa famille. Comme je vis en dehors de Londres, j'ai réservé la même chambre d'hôtel à Londres pour tout le mois. C'est un hôtel très chic et une excellente chambre, mais tout n'est pas rose. Comme tout voyageur régulier le sait, ne pas respecter le panneau "Ne pas déranger" est l'un des crimes les plus élémentaires mais les plus odieux qu'un hôtel puisse commettre.

Arriver à 2 heures du matin et se coucher pendant une heure ou deux signifie se lever tard si l'on veut passer une bonne nuit de sommeil. Par conséquent, après plusieurs coups frappés à ma porte (ornée de la mention "Ne pas déranger"), suivis d'un appel téléphonique à 9 heures du matin de la part du service d'entretien pour dire "Quand pouvons-nous nettoyer votre chambre ? Votre système DND est activé". Je me lève enfin avec la tête de M. Grincheux.

J'informe poliment le monsieur de la réception qu'à moins que l'hôtel ne soit en feu, je ne souhaite vraiment pas être - euh, eh bien - dérangé. Pas de serviettes, pas de service d'étage, rien. Il est très facile de s'occuper de moi. Donnez-moi juste un lit, une bouilloire et du wi-fi et je suis heureux.

En retournant vers l'ascenseur, je ne peux m'empêcher de penser que j'ai peut-être pris un mauvais départ avec eux. Après tout, je vais rester ici pendant encore cinq semaines. L'avantage de vivre à l'hôtel, c'est l'anonymat. Je suis sûr qu'une fois que les portes de l'ascenseur se referment, je serai juste un autre corps sans nom qui reste dans le bâtiment.

Je retourne dans ma chambre et envoie un SMS à Andy Rugg, l'assistant du groupe au studio The Bakery. J'ai besoin d'envoyer quelques fichiers afin d'apporter quelques changements au spectacle lors du prochain concert. Il me demande comment se passe la tournée et une conversation par SMS s'ensuit :

"Des télés par la fenêtre ?"
"Non, tous les travestis vont directement dans la chambre de Franksy".

Nous continuons dans cette veine jusqu'à ce que nous ayons créé un scénario imaginaire complet avec un boys band appelé "Franksy et les travestis" qui sera le numéro un de Noël de cette année avec un single dont je ne devrais probablement pas répéter le nom dans une société polie comme celle-ci.

Nous parvenons également à organiser le travail qui doit être fait et il promet de graver les fichiers sur DVD et de les faire traverser la ville à vélo.

Quelques heures plus tard, alors que je suis assis à mon bureau, j'entends un froissement sous la porte. Ayant donné l'ordre à la réception de ne pas téléphoner, frapper ou me déranger de quelque manière que ce soit, leur seule option de contact est de glisser une note sous la porte.

Sur du papier à en-tête plutôt chic, je lis ce qui suit :

"Cher Monsieur, un coursier est arrivé et a livré deux DVD marqués "Franksy and The Transvestites XXX Xmas Special". Veuillez les récupérer auprès du concierge quand vous le pourrez".

Il est clair que Ruggsy a remis les disques directement au coursier et qu'ils se trouvent au rez-de-chaussée avec l'étiquette de comédie clairement lisible. Je sors de l'ascenseur pour entrer dans la réception et je suis accueilli par des visages souriants. Le concierge me remet mes disques et me souhaite un bon visionnage.

Je retourne à l'ascenseur en me sentant un peu moins anonyme...

R#42

Plus dans cette catégorie : « Roadie #42 - Blog #97 Roadie #42 - Blog #99 »