MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #35

#42 est dans un rouleau suisse.

Aujourd’hui marque le premier jour de la tournée, où je ne sais vraiment pas où nous sommes.
Nous sommes montés dans le van à la sortie de l’aéroport, et je me surprends à demander dans quel pays nous sommes, avant de réaliser à quel point c’était ridicule.
Il s’avère que nous sommes en Suisse. Zurich, plus précisément.
La première fois que je suis venu à Zurich il neigeait, j’avais la gueule de bois et c’était l’anniversaire de ma maman. Pour une raison quelconque, je pense à Zurich de la même façon depuis.
Aujourd’hui cependant, le temps est clair et lumineux, je n’ai pas bu un verre depuis des jours et ma mère a le même âge qu’elle avait hier.

C’est un autre jour sans répétition. Mais Chris a une idée en tête et souhaite un piano dans la loge.
Nous n’avons toujours pas fait de répétition ensemble en loge, donc la façon la plus simple de lui donner un piano pour jouer sans disparaître sous une montagne de câbles, d’ordinateurs, de micros et de “ mais ça DEVRAIT fonctionner”, est d’en faire glisser un de la scène jusqu’ici.
En temps normal, nous utilisons toujours le piano de “remplacement” mais il est en bas sur la scène B en ce moment.
Les parieurs sont déjà en place dès que la demande a été faite évidemment.
Ce qui veut dire que nous sommes en train de réaliser une performance en quelque sorte comique, en essayant discrètement de déplacer le piano de la scène B devant tous les parieurs qui se sont placés aux premières loges. Avec aucune marge de manœuvre, Neil finit par marcher en arrière et tirer le piano sur la planche à roulettes.
Je ne peux m’empêcher de fredonner l’air de Laurel et Hardy en réalisant que notre couverture en tant que techniciens professionnels est bel et bien démasquée… 

Etant tous cachés sous la scène pendant le concert, nous devions trouver différents moyens de faire des choses simples.
Recevoir les messages du groupe est facile quand ils sont assez près pour crier, mais pour faire en sorte que les choses fonctionnent mieux maintenant, Will a un micro à côté de son set de batterie qui est directement connecté à mon oreille et à celle de son technicien Bash.
La preuve que c’est une meilleure façon de fonctionner plutôt que d’avoir le groupe qui nous crie dessus et gesticule auprès des techniciens qui doivent essayer de comprendre quel est le problème et le résoudre, est arrivée à la fin de In my Place.
Dans nos oreillettes on entend la voix de Mr Champion : “ Bash, avons-nous d' autres serviettes ? Celle-ci est un peu comme si on essayait de se sécher sur le visage d’un chien… “
J’aurais adoré le voir essayer de nous décrire ça en nous faisant des gestes et des grimaces.

Ils font des choses des plus bizarres en Suisses. ( Même si je l’admets, je suis le seul à parler de sécher son visage sur un chien ...)
Je l’ai vu quelques fois à des concerts, mais surtout, je l’ai vu lors de retransmissions d'événements de ski.
De base, tout le monde dans la foule étire ses bras et remue ses doigts en faisant un “ wooooo”.
J’étais dans la fosse ( l’espace entre la scène et la foule - il serait peut être temps pour un glossaire de roadie … ) juste avant Yellow, et soudainement derrière moi tout le public fait ça, au lieu de taper dans ses mains et chanter pour un rappel.
C’etait incroyable. Une photo ne pourrait pas faire justice de ce moment, mais en voici une malgré tout.

Hands

Roadie#42

Plus dans cette catégorie : « Roadie #42 - Blog #85 Roadie #42 - Blog #41 »