MOTS-triangle
A+ A A-

Roadie #42 - Blog #101

#42 et les produits douteux

L'Italie peut parfois représenter un défi pour la communauté des roadies. Les choses ne sont jamais tout à fait comme on les imagine et on a parfois la nette impression que les gens préféreraient porter des lunettes de soleil et fumer des cigarettes plutôt que de nous aider à faire notre travail. Franchement, je ne leur en veux pas. Il y a quelque chose dans le temps magnifique qui fait que tous ces efforts semblent un peu ridicules.

La récompense, bien sûr, c'est que les Italiens font partie des meilleures foules que vous ne verrez jamais. Merveilleusement chaleureux et passionnés, ils transforment n'importe quel concert en un événement émotionnel. Ce sont aussi des gens inventifs. L'éthique du bricolage est fortement présente dans les produits dérivés. Il y en a à chaque concert, mais normalement, ce sont des gens qui se tiennent sur la route de la salle avec quelques T-shirts sur les bras, regardant d'un air absent la loi.

Ici, par contre, il y a tout un bazar de rue à l'extérieur de la salle avec de nombreux stands de produits douteux. Au fil des ans, nous avons récupéré de superbes produits douteux. À Dublin, des T-shirts avec le D manquant dans le nom du groupe. De Singapour, un T-shirt portant le bon nom du groupe, orthographié correctement, mais avec une photo des gars de Travis dessus. Je crois me souvenir d'un décapsuleur mexicain avec un décalque de Coldplay, qui a duré cinq minutes avant de se décoller pour révéler le logo AC/DC en dessous.

Pendant que les White Lies sont sur scène, j'ai pris 50 euros dans la petite caisse et je suis parti en buggy de golf avec Eric Wagner, le merchandiser officiel de Coldplay. Nous rencontrons Bash, le batteur de Will, sur le chemin et partons à la recherche des offres les plus ringardes disponibles aujourd'hui.

C'est en fait un peu décevant, car beaucoup d'entre elles semblent tout à fait passables. Mais ça vaut le coup de voir Eric (qui a passé toute la journée à essayer de faire fermer ces gens) marchander avec un type pour un chapeau plus cher que le produit officiel (de bien meilleure qualité) - et se faire dire que c'était le prix fort ou rien.

Marta des lumières a eu la gentillesse de nous présenter le haut à rayures, mais elle a constaté que dès qu'elle mettait les mains dans les poches, les coutures se défaisaient. Rappelez-vous les amis, cela peut sembler être une bonne affaire, mais vous obtenez ce que vous payez... ?

Ce qui est encore plus impressionnant, c'est l'étalage coordonné des fans au premier rang du spectacle. Ils ont apporté leurs propres ballons et certains ont même des couronnes en papier. Avant même que le groupe ne mette le pied sur la scène, l'atmosphère est à son comble et le spectacle ne fait que s'inscrire dans la durée.

Nous arrivons à Berne Stade De Suisse et il a été pluvieux. Très humide. Toute la journée. Mais nous arrivons et le temps commence à s'améliorer. Je suis prêt à écrire que les nuages se sont séparés et que le soleil est apparu pour le spectacle, mais mère nature a d'autres idées. Au niveau de la scène C, c'est tout simplement le chaos. Comme toujours, la foule ne déçoit pas et donne tout ce qu'elle peut.

Ils font aussi cette chose étonnante ici où, au lieu de taper et de taper des pieds pour un rappel, ils agitent le bout de leurs doigts. C'est étrange la première fois que vous le voyez, mais très impressionnant. Chris revient et commence The Scientist, mais à présent, mère nature en a assez d'être ignorée. Dans l'une des sections les plus calmes du spectacle, le tonnerre et les éclairs semblent se moquer de nos maigres tentatives de basses et de lumières clignotantes.

Chris improvise sur le morceau "thunderbolt and lightning, very very frightening" de Bohemian Rhapsody et la salle éclate. C'est vraiment dommage que ce concert au stade soit si court, car il semble leur convenir parfaitement. Mais au moins, on sait ce dont ils sont capables maintenant...

R#42