Epiphane
A+ A A-

Avec amour, signé Coldplay

Jeudi soir au Centre Bell, les amoureux de Coldplay ont reçu une gigantesque bouffée d'amour

Des écrans circulaires pendaient du plafond, duquel sont tombés plus tard des milliers de confettis en forme de trèfle, de papillon, de couronne… Les spectateurs arboraient fièrement leurs bracelets clignotants vert, bleus, roses, orange, et des lasers inondaient la foule de lumière. C’est dans cette orgie de couleurs et de romantisme que les compagnons Coldplay ont interprété tout plein de hits.

«Merci de nous donner votre jeudi soir, merci d’avoir bravé le trafic, le prix des billets et toutes ces autres merdes qu’il faut braver pour assister à un concert! En échange, on va tenter de vous offrir le meilleur spectacle de votre vie!» a lancé Chris Martin en guise d’intro, après une acclamée In My Place.
 
Pendant Lovers in Japan, de gigantesques ballons pleins de peinture phosphorescente sont tombés sur la foule puis, des canons à confettis ont déversé leurs offrandes sur le parterre.
 
S’installant à son piano couvert de graffitis, Chris Martin a plus tard interprété The Scientist, et les fidèles l’ont accompagné, chantant à pleins poumons «Nobody said it was e-eeeasy!», ce qui leur a valu d’être qualifiés de «meilleurs fans au monde» par le frontman. Et puis, un hit ne venant jamais seul, on a ensuite pu entendre Yellow et Violet Hill. Sur le plan des «invités spéciaux», notons que pendant le duo Princess of China, Rihanna est apparue, virtuellement s’entend, sur écran géant. Avant le succès Viva la Vida, de gigantesques cœurs en toile et d’autres formes remplies d’hélium ont émergé du sol!
 
Même si nous n’avons jamais été possédée par la fièvre Coldplay, force nous est d’admettre que ceux qui adorent le band en ont eu pour leur argent jeudi. En effet, les Britanniques ont offert un show à grand déploiement après lequel un vrai «Coldplayomane», et même un spectateur lambda, peut difficilement se dire déçu.
 
Au rappel, le groupe est monté dans la section des rouges pour chanter, guitare à la main, devant des spectateurs ébahis. Certains ont alors lancé des «Non! F*ck me!» en se prenant la tête, incapables de croire que leurs idoles venaient soudain de se matérialiser à leurs côtés. Au moment de mettre sous presse, les garçons venaient d’interpréter Speed of Sound.
 
Pour leur argent, disions-nous…

Connectez-vous pour commenter